Sauvez des vies, laissez là au garage !

Alors que le déconfinement progressif est annoncé pour le 11 mai, la région parisienne risque de connaître une explosion de la pollution et de la congestion routières si beaucoup se tournent vers la voiture ou les deux-roues motorisés pour se déplacer.
Or, avec 67 000 morts par an en France (1), la pollution de l’air est déjà la cause de 10 % de la mortalité en France. L’insécurité routière, ce sont aussi 3 300 morts par an. Un recours massif aux véhicules motorisés individuels serait donc le scénario du pire d’un point de vue santé et sécurité, sans parler des blocages inévitablement causés par l’extrême densité du cœur de l’agglomération.
Nous devons tout faire collectivement pour empêcher ce nouveau drame pour la santé de toutes et tous, et avec des conséquences tout aussi désastreuses sur le climat, le bruit, l’accidentologie et l’insécurité routière.

Sauvez des vies : AUTO, MOTOS & SCOOTERS,si vous le pouvez, LAISSEZ LES AU GARAGE.

Réservons l’utilisation des véhicules individuels motorisés à ceux qui en ont vraiment besoin(transports d’objets trop lourds, mobilité réduite, etc).
Des solutions existent, elles demandent la mobilisation de tous, employés, employeurs, travailleurs indépendants, étudiants ou commerçants. A chacun de mobiliser les solutions en fonction de sespossibilités et du contexte :
• Nous demandons la généralisation du télétravail avec l’accord des salarié.es concerné.e.s, et la fermeture des immeubles de bureaux d’activité tertiaire non utilisés.
• Encourager la pratique du « vélotaf », avec la mise en place de pistes cyclables provisoires, comme le proposent les écologistes, les associations et le Club des villes cyclables : les 2/3 des déplacements en région parisienne font moins de 5km !
• Les horaires décalés : souvent un simple décalage temporel permet d’éviter la trop grande affluence dans les transports collectifs et permet la distanciation physique.
• Tous les Franciliens disposent de boutiques accessibles à pied ou en vélo, privilégions les commerces de proximité et les circuits courts.
• Pour celles et ceux qui n’ont pas d’autre choix que l’usage de la voiture, inciter fortement au co-voiturage.
Sauver une vie, c’est convaincre au moins 1 collègue ou 1 voisin de renoncer à
sa voiture.
Ensemble, choisissons le retour à la vie plutôt qu’à la normale.

(1) Source : Le Monde du 12 mars 2019, reprenant une étude publiée dans l’European Heart Journal


Agenda

Pas pour le moment

Brèves