Le cluster drone s’invite en séance communautaire...

Dans sa réunion du 06 octobre 2016, le Conseil Communautaire de Coeur d’Essonne Agglomération a été amené à se prononcer sur ce sujet, par le biais d’une délibération validant l’adhésion de CDEA à l’Association Cluster Drone IdF.
3 élus (sur 59) se sont prononcés contre, car ils s’opposent aux possibles applications militaires des recherches effectuées sur ce cluster.

Intervention de Christian Soubra, conseiller communautaire EELV :

"Dans leurs interventions présentant cette délibération, Sylvain Tanguy et Frédéric Petitta parlent de cluster « drone civil ». Les mots, c’est bien, mais les écrits .. c’est mieux ! La notion de « cluster drone civil » n’apparaît ni dans la délibération, ni dans le titre de l’association, ni dans l’objet de celle-ci …

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de ce « cluster drones » dans cette assemblée et de l’ambivalence de cette technologie, aux applications civiles prometteuses, et aux applications à vocation militaire.
Le 1/3 du budget de l’association à laquelle il est proposé que CDEA adhère est
abondé par la Direction Générale de l’Armement. Le Ministère de la Défense
participe aussi au projet par l’intermédiaire du Fonds de Restructuration de la
Défense.

Je ne suis plus assez naïf pour croire que quand la DGA s’engage pour le 1/3 du
budget de financement, ce sera pour favoriser les études sur la meilleure
rentabilité des sols ou les techniques de détection depuis le ciel des fuites
énergétiques des bâtiments. Ou pour simplement développer des techniques
de photographie aérienne des terrains d’opération militaire. Les drones ne
servent pas qu’à faire des photos des terrains d’opération. Ils servent aussi à
larguer des engins explosifs.

Sans lancer le débat philosophique sur le “si vis pacem, para bellum”, je
souhaite rappeler que la production d’armements toujours plus sophistiqués a
depuis toujours, et en particulier au cours du 20 ème siècle, prouvé qu’elle n’était
en rien la solution pour réduire le nombre et la durée des conflits. Bien au
contraire.

Je fais partie de ceux qui pensent que, si on transférait ne serait-ce que 10%
des dépenses militaires et d’armement à l’aide au développement, on aurait
évité ou raccourci nombre de guerres ces dernières décennies … et sauvé des
millions de vies humaines, et évité de mettre des millions d’êtres humains sur
des routes et des bateaux.

J’estime de ma responsabilité d’élu de ne pas contribuer à donner la possibilité
aux producteurs d’armes de fabriquer des engins encore plus “performants”.
Donc, parce que la vocation de recherche et de développement des
applications militaires des drones apparaît clairement sur ce cluster, je voterai
contre l’adhésion de CDEA à cette association.
J’aimerais conclure par une question :est-ce que l’Etat prévoit, directement ou
par l’intermédiaire d’une de ses agences, de participer au 1/3 du budget d’une
éventuelle association de gestion du pôle de maraîchage bio prévu sur le site ?"

Pourtant le Parisien du 12/10/16 ne fait aucun cas d’avis divergents en séance communautaire ?.?.?..


Agenda

Pas pour le moment

Brèves